Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

A la Saint Barnabé, fauche ton pré

Semaine 23 - Temps idéal pour faire les foins dans de bonnes conditions

Les conditions météo sont moins propices à la croissance des prairies :

  • Celles qui viennent d’être pâturées ont des repousses lentes qui se situent entre 0 et 40 kg de MS/ha/j.
  • Celles qui sont à plus de 9 cm ont des croissances supérieures à 70 kg.


La période cruciale pour la pousse de l’herbe : il faut gérer en même temps le pâturage et la fauche. Croissance moyenne de 57kg de MS et hauteur moyenne à 8,4 cm, le taux de trèfle blanc observé dans les parcelles mesurées semble assez élevé (sol sec sans piétinement et pâturage ras du mois d’avril). Cela laisse augurer de bonnes repousses pour l’été avec du trèfle blanc en abondance pour maintenir une appétence et des bonnes valeurs alimentaires au fourrage à un moment où il a tendance à se dessécher.

Faucher les refus

Il est temps d’agir sur les refus (graminées épiées, herbe couchée ...) si ce n’est déjà fait ! Vous avez la possibilité de broyer les refus afin de présenter un couvert propre pour le prochain pâturage, ou de faucher si les refus sont importants. Laissez-les quelques jours sur la parcelle puis refaites passer des animaux (vaches laitières ou autres) pour qu’ils consomment ce qu’ils n’ont pas voulu en vert !

Faucher les excédents de pâturage

Il faut compter au moins 4 semaines après une fauche pour avoir une prairie pâturable dans les conditions de pousse actuelles. Si vous voulez faire du foin sur les excédents de pâturage, il vaut mieux faucher dès maintenant. La faible quantité de fourrage séchera d’autant plus vite et la parcelle sera plus vite disponible pour le pâturage estival. L’important sur ces parcelles est de maximiser le pâturage mais pas nécessairement les stocks ! Les parcelles fauchées cette semaine pourront être exploitée dans 6 à 8 semaines en stock d’herbe sur pied.

Destruction des chardons…

Les chardons sont tout juste en fleur : il est temps de les faucher. Une seconde fauche vers le mois d’août finira de les épuiser. Prenez soin de détruire les chardons fauchés. Dans un réflexe de survie, les graines finissent de mûrir et se disséminent tout en état sur le sol.

… Et des rumex !

A raison de plus de 4000 graines par pied et avec une capacité de survie de plusieurs dizaines d’année dans le sol, le rumex a un pouvoir de nuisance très élevé. Il convient de couper les hampes florales au plus vite et de les détruire par le feu. Le pied va émettre à nouveau des feuilles et une future hampe pour l’automne qu’il faudra détruire. Pour en venir à bout, arrachez la racine sur au moins 15 cm de profondeur pour arracher le collet et détruire le pied.

A la ferme bio de Francois Roulland, Le Locheur (14)

« La ration des 110 vaches est composée de pâturage 100% depuis le 31 mars. Nous avons eu peur mi-mai en raison du manque d’eau et nous avons compensé le défaut de stock d’herbe par un affouragement pendant 4 jours. Les pluies ont permis la reprise de croissance inespéré qui nous repousse pour un petit de bout de temps. Un lot de suiveuses composés de vaches taries et de génisses amouillantes permet d’augmenter le chargement et de nettoyer les parcelles derrière les vaches en lactation. »

Faut-il distribuer des fourrages ?

Le tableau ci-dessous indique la proportion de la ration couverte par le pâturage en fonction de la surface disponible et de la croissance observée :

  • si résultat < 100%, la distribution de stocks conservés doit être maintenue
  • si résultat >100% le débrayage des parcelles est possible


Couverture des besoins pas l'herbe n fonction du chargement
(hypothèse MS fourrage ingéré 16 kg MS)
Surface disponible ares par UGB
Croissance kg MS/j/ha
1020304050
10
6 %13 %19 %25 %31 %
20
13 %25 %38 %50 %63 %
30
19 %38 %56 %75 %94 %
40
25 %50 %75 %100 %125 %
50
31 %63 %94 %125 %156 %
60
38 %
75 %
113 %
150 %
188 %

 

Avec une croissance moyenne de 57 Kg MS/ha/jour, il faudrait 28 ares pour alimenter une vache laitière.

 

Pascal Rougier
Référent agriculture biologique LITTORAL NORMAND